Vertigineux



Les Gorges de Galamus sont grandioses et donnent le vertige.

Son relief particulier est surprenant.

Site naturel classé et protégé, les Eaux de l'Agly ont creusé ces parois calcaires sur plus de 500 mètres de profondeur pour rejoindre la Méditerranée.




Pour y accéder, nous sommes partis de Saint-Paul de Fenouillet, petit village des Pyrénées Orientales. 

Le vent souffle fort mais le beau temps est au rendez-vous ! 



Un peu d'histoire :

C’est vers le XIVème siècle que des ermites sont venus s’isoler dans les grottes naturelles des Gorges.
 Ils placèrent le site sous la protection de St Antoine.
 L’ermitage, construit dans une cavité naturelle de la falaise surplombe le canyon des Gorges
et offre un spectacle à « couper le souffle ».

Les bâtiments semblent être présents dès 1395. 
Le XIXème siècle fut celui de l’affirmation de la vocation religieuse de l’Ermitage. 
Plusieurs ermites s’y succédèrent entretenant le lieu, construisant des bâtiments, instituant la cloche aux vœux, recevant les processions de Pâques et de la Pentecôte. 

Les ermites se seraient succédés à Galamus jusque vers 1930, 
donnant une dimension spirituelle au site.










La chapelle située dans l'Ermitage est très lumineuse par son ouverture naturelle vers le ciel.



La route est un témoignage des prouesses et des ambitions humaines, 
elle a été construite à la fin du XIXème siècle, taillée dans la roche à la barre de mine 
(dont on peut encore remarquer les coups dans la roche)
 par une poignée d’ouvriers suspendus à des cordes. 

Au-delà des raisons économiques invoquées pour une telle entreprise –
 faciliter les échanges de marchandises sur les foires de St Paul de Fenouillet
 (légumes, bois et céréales, contre vins et huiles) 
seuls débouchés de nombreux villages des Corbières –

 il s’agissait également de répondre à un défi que ces Gorges, 
comme un bout du monde, lançaient à l’homme.









Dans ce paysage minéral, une petite touche colorée a trouvé vie sur le parapet.





La fonte des neiges donne une couleur marron à la rivière.



A l'horizon, nous apercevons dans la lumière aveuglante du soleil les sommets enneigés des Pyrénées.

Très joli site avec peu de marche, sans grande difficulté. 
Simplement, il faut être prudent sur la route taillée dans la roche, par grand vent. 
Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Non loin de Terre Neuve