Un champs d'oliviers, un chant d'amour...





Bien droit sur son tronc, ses feuilles s'étalent harmonieusement
Et occupent tout l'espace !

André Gide a dit : 

"Je sens un immense besoin d'aérer un peu mes pensées - et d'aller retrouver mon cher Olivier ..."


Au pied d'un olivier, mes pensées sont allées vers toi,
Comme ces branches enlacées, nos doigts entremêlés,
La brise a caressé les feuilles légères, les faisant trembler doucement,
Comme un désir naissant, se laissant emporter dans un même élan
J'ai rêvé de tes lèvres dans ce souffle chaud d'été.



Regarder les derniers rayons du soleil jouer avec les feuilles argentées,
Douceur et sérénité que même les cigales n'arrivent pas à troubler. 

Magie d'un instant, magie de l'Univers...




28 commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Non loin de Terre Neuve