Poésie en noir et blanc



Quelques haikus du bord de mer

de Moundarren accompagnent ces photos...



Me voilà 
là où le bleu de la mer 
est sans limite




toute la journée
silencieux
le bruit des vagues




la mer
d'un calme plat
au village le magasin d'etoffes




le coeur vide
les vagues furieuses
m'assaillent, se retirent




assis sur le sable
du sable dans mes mains
la douce chaleur




Sur la plage
pourquoi a-ton allumé un feu ?
la lune d'été




dans les vagues qui se brisent
aux petits coquillages se mêlent
des pétales de lespédèzes




sur la plage
soudain
quelqu'un semble apparaître




d'ici
on n'entend pas le bruit des vagues
le bleu de la mer




Dans la mer agitée
jambes allongées
le voyage écoulé, le voyage à venir




une fois le bateau 
vide
tout le monde monte à bord




jusqu'à ce que l'azur
imprègne mes poumons
voguant sur la mer

Ces poèmes sont choisis et traduits du japonais par 
CHENG Wing fun & Hervé COLLET


6 commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Non loin de Terre Neuve